Nous 3, le retour aux States version cow boy !
Aout 2011, cap au Nord ouest, puis côte est.... un nouveau périple de 5 semaines... Cliquer sur "Archives" dans le menu pour voir la liste des articles

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Album photo
Mes amis

Mes albums

Rubriques


Sites favoris



Le Charles W. Morgan est en cale sèche à Mystic


 

Vendredi 26 Août – 137Kms


Nuit particulièrement agréable dans notre charmant B&B malgré la lourdeur de l'atmosphère, atténuée par la climatisation. Petit déjeuner super copieux servi pat Kay et son Mari Ted.

Un couple adorable qui ont acquis cette maison il y a 25 ans avec le projet de B&B que gèrerait Kay; Ted en tant qu'ingénieur, allait souvent de par le monde est notamment en France pdt plusieurs années. Il travaillait pour une grosse entreprise qui installait des incinérateurs avec un procédé qui transforme les résidus en agrégats qui, mélangés ensuite au bitume ou aux matériaux de construction, permettent un recyclage total.

Ils nous apprennent qu'ils adorent le sud de la Toscane où ils vont chaque année une quinzaine de jours... Donc on parle du pays.

Nous les quittons vers 10H00 pour rejoindre le « Mystic Seaport », superbe et immense musée à ciel ouvert, qui retrace en grandeur réelle, tous les nombreux métiers qui participaient à la construction navale des schooners, des whaleships (baleiniers comme le Charles Morgan), des steamers, des bateaux de plaisance, des remorqueurs, des cargos....

Le temps de parvenir au Seaport et le temps s'est dégagé, la visite se fera sur un splendide « bluesky »... Qui l'eut crut??

Pendant 4 heures nous allons visiter ce magnifique musée sans voir le temps passer. Nous rentrons dans tous les ateliers et hangars qui reconstituent avec une précision « d'archéologue aussi pointilleux qu'un horloger suisse », la vie des anciens chantiers navals de Mystic, ville à l'époque prospère.

Nous apprenons ainsi comment le chanvre brut était d'abord filé avant d'être noué et tendu en cordage ou en cable; comment on « cuisait » les lattes de bois à l'eau bouillante et à la vapeur pour « attendrir et ramollir » le bois que l'on pouvait ensuite tordre et lui donner la forme des coques de bateaux; comment on cousait les voiles et dans quelle matière, comment on les reliait entre elles et on les pliait;comment on forgeait les pièces de métal aux forges de Mystic; comment on faisait les tonneaux à l'époque et comment les bateaux amenaient avec eux des lattes et des cerceaux (forgés dans l'atelier voisin) pour fabriquer les tonneaux de stockage à la demande; comment on fabriquait les mats et avec quels types d'essence de bois; comment surtout on les faisait tenir rectiligne; comment on fabriquait la quille, véritable colonne vertébrale du bateau, comment on reliait et fixait les monstrueuses poutres maîtresses; auxquelles se fixerait le squelette du futur bateau.



On apprend aussi comment on alourdit les cales avec des gros galets qd le bateau est à vide; (maintenant c'est plus simple, puisqu'on noie des compartiments situés vers le fond que l'on vide ensuite avec des pompes ou que l'on remplit – Le principe du ballast).

Une exposition passionnante nous permet d'aborder l'art du tatouage dans la marine. Nous apprenons qu'à partir de 1860, les tatouages servaient de fiche d'identification supplémentaire aux marins, leur permettant ainsi d'échapper aux enrôlements de force pratiqués allègrement par la marine anglaise (Et oui toujours les « Rosbeefs » qui font chier...).

Nous apprenons les techniques de pêche des huitres sauvages, dont le Connecticut est un grand producteur.

 

Nous visitons également de nombreux bateaux appartenant à l'association du Mystic Seaport, dont le Charles W. Morgan.

BB reprend (tout de même un petit espace d'expression dans ce blog....)

Ce baleinier de légende est considéré comme patrimoine du Pays, et Monument historique depuis 1968 (quand même...)

Construit en 1841 dans le Massachusetts , le Charles W. Morgan est le dernier des baleiniers en bois américains, et la pièce maitresse du MSPM.

 

La fondation a d'ailleurs entrepris une rénovation énorme de ce vaisseau, qui est actuellement et depuis 2008 hors de l'eau au milieu d'un vrai chantier naval « à l'ancienne » qui se visite également, ainsi qu'une exposition de ce travail de titan pour sauver ce navire, cout : 5 millions de dollars......

Capable de déployer 4000 m² de voilures, il comporte trois fours sur le pont central pour faire fondre la graisse de baleine (voir la photo).

 

D'incroyables clichés de la mise à l'eau des canots, le lancer manuel des harpons, puis le découpage du cétacé encore dans l'eau, le déroulé littéralement de sa couche de peau graisseuse... impressionnant ! Il fallait quand même avoir sacrément du courage à bord de ce navire!!!!

Mystic et le nom modernisé d'un terme indien Pequot "missi-tuk", signifiant : lieu ou les vagues viennent toucher la rivière.

Hube reprend – La pause n'aura pas duré longtemps!!!

Et il est vrai que Mystic est au bord d'un large estuaire dans lequel se jette la Mystic River. Il y a d'ailleurs plein d'estuaires et de rias pénétrant profondément dans les terres au Connecticut; l'occasion pour les américains de construire leur fameux ponts gigantesques qui enjambent d'une hauteur démente ces bras d'océan.

Donc les activités navales et le commerce maritime ont pu se développer à Mystic, créant, comme toujours des fortunes colossales attachées à des Familles célèbres. A Mystic on ne parle que de la famille Mallory.

 

Comme d'hab, l'ancêtre a déboulé d'Europe sans un sou vaillant en poche, comme d'hab il a fait tous les petits métiers du monde pour survivre, comme d'hab il a été plus malin que les autres, comme d'hab ses premiers dollars investis lui ont rapporté gros, comme d'hab il les a immédiatement réinvestis et comme d'hab il a construit de son vivant un empire, possédant plusieurs bateaux, faisant coter sa société en bourse....

Aujourd'hui la société familiale existe toujours, est toujours prospère et gagne toujours sa vie dans l'armement des portes conteneurs. AMERICAN DREAM!!!

Ensuite nous reprenons la route pour Farmington, en banlieue de Hartford; sur la route nous prenons une petite highway qui longe la Connecticut River, en nous perdant sur une route de traverse nous tombons devant l'entrée surveillée d'une grosse usine « Pratt et Whitney » (Ceux qui avec SNECMA et Rolls Royce fabriquent tous les réacteurs des avions), ensuite par hasard nous passons devant le siège Mondial de Carrier, puis celui des outils « Stanley »...

Nous comprenons mieux la succession ininterrompue de magnifiques villas et cottages le long de la route. Ainsi que les villages proprets et prospères que nous traversons; ambiance très différente de l'ouest, ici il y a de l'oseille et ça travaille!!! État plus qu'intéressant ce Connecticut, agréable à visiter et à traverser, très arboré, et où les gens ont un comportement normal d'américains. Me plait beaucoup ce coin, nous nous y sentons bien. Sinon quel monde, quelle circulation, quelle urbanisation... La Cote Est ce n'est pas les grands espaces solitaires du « Farwest »!!!

On s'en doutait un peu, et on n'est pas déçu...

 

Traversée jusqu'à notre hôtel « Centennial Inn », complexe de plusieurs bâtiments avec des grandes suites équipées d'une cuisine. Ce soir « Roosties ».................

Je conclurai (enfin vont soupirer certains), par vous informer que le magnifique ciel bleu qui nous a accompagné toute la journée, devraitt rapidement tourner au « big Hurricane »- Et oui l'ouragan Irène est attendu samedi et dimanche sur la cote Est et les gars ici ne prennent pas la nouvelle à la légère. La première victime de Irène aura été la famille OBAMA, qui a du écourter ses vacances à Martha's Vineyard....

Demain matin nous prendrons la route de Albany pour installer Aurélien et rencontrer la responsable des admissions de Sienna College. Puis dernières courses pour le grand garçon dans les centres commerciaux du coin, draps, serviettes....

Et Lundi nous rentrerons tous les deux sur Boston pour prendre l'avion de retour.... J'aime pas ces journées « compte à rebours »....

Bises à tous et à demain pour vraisemblablement l'un de nos derniers articles. 


Publié à 19:34, le 26/08/2011,
Mots clefs :
Ajouter un commentaire

Bousculade

Toujours cruelles cette "bousculade" des derniers instants, surtout quand un "hurricane" vient s'annoncer. Courage pour ces moments rudes après tant d'émotions partagées !

Publié par Eric à 07:53, 27/08/2011

Lien

Superbe

Merci pour cette leçon d'histoire absolument passionnante! J'ai beaucoup aimé l'anecdote des tatouages des marins. La semaine se termine pour nous départ dimanche midi. Today à défaut des US, j'offre en guise de bouquet final une journée à OK CORRAL! Je doute de l’authenticité des protagonistes mais bon....On fait se qu'ont pneux!!! Bizzavous quatres ( PS on en êtes vous avec l'arrivée d'Irène??!)

Publié par Btd's à 09:31, 27/08/2011

Lien

irene

nous avons quitté les iles à temps, nous rentrons dans les terres et ne devrions pas etre concernés par irene
nous retournons sur la cote (Boston) seulement lundi, "elle" devrait etre passée....
merci de vos encouragements et...soutien maintenant !
Boubou, il n'y a personne apres vous au Mas
bisous

Publié par baboutravel à 13:58, 27/08/2011

Lien

Commentaire sans titre

Sommes en corse très peu dé réseau Orange au cap corse Ff dificile dé rester brancher sur le blog
Espérons que tvb avec l ouragan qui se prépare ici très bo temps c est magnifique biz

Publié par serguei à 13:59, 27/08/2011

Lien

Irène infernale!

En effet nous pensons à vous et toutes ces actualités sur cette fameuse"Irène",mais vous nous rassurez elle sera loin à votre passage!
Tous ces beaux bateaux sont là pour rappeler la force de tous ces marins courageux!
Nous souhaitons à Aurélien des études prometteuses pour son avenir et des connaissances amicales!
Le retour est programmé,et pour nous la balade sera donc fini,dommage bioussssssssj

Publié par janou à 15:21, 27/08/2011

Lien