Nous 3, le retour aux States version cow boy !
Aout 2011, cap au Nord ouest, puis côte est.... un nouveau périple de 5 semaines... Cliquer sur "Archives" dans le menu pour voir la liste des articles

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Album photo
Mes amis

Mes albums

Rubriques


Sites favoris



BEYNOST Gare...............Terminus SIENA Station!!!

Samedi 27 Août – 272Kms – Depuis le début = 6.510 Kilomètres



voilà fin de la loooooooonnnnnnnnnngue route pour notre « satellite » à nous qui va graviter pendant un an sur une autre orbite. Nous appréhendons ce fameux lundi 29 août que nous avons repoussé pendant 4 semaines, nous oubliant dans un voyage magnifique, refusant d'y penser. Cela semblait si loin ce 29 Août quand nous primes le B777 de British Airways, nos journées, riches d'évènements et de surprises, s'allongèrent et nous occultâmes l'inévitable et douloureuse séparation. (Bien j'arrête la pour le passé simple et je reprends le bon temps...) Tout ça pour montrer à l'Eric B. qu'il n'est pas le seul!!!

 

Lever tôt ce matin, nous quittons notre splendide suite avec QQ regrets de n'en avoir pas suffisamment profiter. Le dîner de la veille nous avait été préparé par les enfants, ainsi que l'apéro traditionnel dans la « planète Ivaldi ».

Nous quittons Farmington, grande banlieue de Hartford, pour remonter plein nord en direction de Springfield Massachusetts. Springfield nous chopons la I90 qui fait Boston – Buffalo et plein Ouest sur Albany. Le temps s'est pas mal couvert, nous recevons QQ ondées éparses mais rien de bien effrayant; le gros de Irène doit se concentrer sur le bord de mer. L'I90, traverse des campagnes recouvertes de forêts, comme dans le Connecticut; ils peuvent continuer à faire des gosses il reste suffisamment de terrains à bâtir.

Petite aparté : chaque état des USA se définit sur les plaques d'immatriculation; et certaines définition sont totalement usurpées: celle du Massachusetts = The Spirit of America... Rien que ça, d'autres sont pompeuses : état de New York The Empire State; d'autres amusantes : Etat de Rhodes island = The Ocean State, état du Connecticut = The Constitution state, d'autres font de la pub: état de Floride = the Sunshine state ou état de l'Arizona = the Grand Canyon state, ou état de l'Idaho = The Gem State (ben voyons), état du Texas: ici on a le record de condamnés exécutés... Mais non c'est une blague, en fait The lonely Star state,

 

2 heures de route pour arriver à Albany, prendre la route de Ludonville (petite banlieue chicos sous de grands arbres aux abords d'Albany dans le périmètre de laquelle se trouve SIENA COLLEGE.

Et nous y voilà !!!! De suite Steven, un étudiant de SIENA nous rejoint avec sa voiture et nous guide vers la partie du campus où le grand garçon vivra.

BB reprend, elle en meurt d'envie

le campus est incroyable :

nous visitons d'abord les « quartiers » d'Aurélien : un ensemble de ravissantes maisons de briques rouges à un étage. 2 chambres par maison, 2 étudiants par chambre, une salle d'eau et wc à l'étage, une cuisine équipée, wc et salon au rez de chaussée, communs aux 2 chambres. Le tout nickel, au milieu de jardins luxuriants et super entretenus.

 

La visite à pied à travers le parc immense nous emmène aux lieux de vie : cafeteria, restaurants, boutiques, bookstore, laundry ou s'alignent lave-linges et seches-linges en accès gratuit, l'immense bibliothèque, les salles informatiques ouvertes 24h/24h....

le restaurant présente des buffets ultra appétissants : Aurélien étant en pension complète pourra choisir ce qu'il veut, quand il veut, et même emmener cela dans sa résidence dans des boites prévues à cet effet.

arrivent les bâtiments de cours, petites ou grandes salles, équipées pour le travail individuel ou en groupe, la salle de marchés (Siena est réputée pour son stock exchange en live, pour l'apprentissage de la Bourse), fantastique et bien sur suréquipées en PC de toute sorte.

 

Le complexe sportif nous laisse sans voix : immense salle de sport suréquipée en matériel de musculation, salles de squash, piscine et plongeoir d'entrainement (Siena entraine des équipes universitaires masculines et féminines pour chaque sport), terrain de football américain, terrain de base ball, plusieurs terrains de tennis... de quoi bouger dans tous les sens !!!!

des zones « lounges » de détente et de « socialisation » avec fauteuils et canapés confortables, piano, distributeurs de boissons, des fontaines d'eau fraiche partout...

tout cela parsemé d'arbres centenaires, d'écureuils et de paons qui folâtrent sur les pelouses !

Il va se régaler notre grand garçon !

 

Personnellement, je retournerais bien sur les bancs de la fac (ici bien sur, mais pas en France....)

Même au CEFAM, 19 écoles et instituts dans son environnement, et pas une seule cafeteria digne de ce nom!!!!

Hub reprend

J'ajouterai que nous nous sommes sentis tout de suite à l'aise en visitant le Campus. Vous me direz, après ce qu'on va leur laisser, on est un peu chez nous ,quoi....

Blague à part c'est réellement superbe et tellement bien pensé pour le confort des étudiants grâce à une foultitude de petits détails simples mais utiles. A l'américaine tout simplement. Pourquoi nous n'avons pas ça chez nous???

A la fin de la visite sous une moiteur accablante, nous nous sommes offerts une bonne bière bien fraiche sortie de la glacière et direction le Wal-Mart du coin pour équiper Aurélien (draps, serviettes, couette, lampe...etc).

Retour à Siena pour tout déposer dans sa chambre, puis notre hôtel dans la proche périphérie d'Albany. C'est à ce moment que les « bords » d'Irène finissent par nous toucher : orage tropical !.

Nous regardons de temps en temps les news, apparemment tous les vols sont annulés, beaucoup de lignes électriques sont arrachées, vous me direz maintenant que nous avons vu la vétusté de leurs installations, il n'y a rien d'étonnant...

Logiquement Lundi ce chambardement devrait se calmer. Si c'est le cas, nous l'aurons joué encore « fine »; quitter la cote la veille de l'ouragan et y retourner pour prendre l'avion le lendemain de son passage... Mais bon, nous n'y sommes pas encore.

 

Ce soir les Enfants nous ont fait la surprise de trouver sur internet un restaurant Mexicain, puis ont fait une capture de l'itinéraire préconisé par « Gogol » sur l'ordi. Norine nous a invité chez "El Mariachi" et leur choix était « GREAT » - Nous nous sommes régalés, les mojitos et margaritas étaient d'enfer, c'était tellement copieux que nous n'avons pu finir nos assiettes.

 

Demain dimanche rien de prévu, sinon retourner à Sienna pour déposer la valise d'Aurélien et les affaires que nous lui laisseront. Lundi nous essaierons de trouver une banque partenaire du Crédit Agricole pour lui ouvrir un compte bancaire. Ensuite vers Midi nous devrons retourner vers BOSTON.

Bises à tous et bonne nuit

Béatrice, Norine, le « satellite » et Moi.



PS du dimanche matin 28 Août

Ce matin Irène est la - Impressionnant quand même – Des pluies diluviennes accompagnées d'un vent violent, mais rien non plus de dantesque – En regardant « CON INTERNATIONAL » (CNN), nous apprenons que l'ouragan a été déclassé (down-graded) en « tropical storm ». Le gros de la dépression semble quitter la cote et NewYork et se diriger vers les grands lacs. Albany se situant à environ 240Kms du premier des big five, le Lac Ontario, nous sommes en plein dedans. Le problème c'est que les news ne parlent que de NewYork. Rien sur BOSTON ...

D'ici Lundi 22H00, nous pouvons raisonnablement espérer que ce sera calmé, à moins qu'Irène nous fasse un demi-tour et rejoigne la cote...

 

Les enfants se tapent une bonne grasse mat', vers 13H00 nous irons casser une petite croute qui leur fera office de p'tit dej, puis comme prévu nous retournerons à Siena College pour déposer les affaires du Grand Garçon.

Nous n'aurons pas grand chose à vous raconter, « ça sent plus que la fin, snif... »

Nous mettons donc un point final à ce blog et ces aventures américaines.

Nous vous remercions du fond du cœur de nous avoir accompagnés tout au long de la route, de vos messages amicaux et de votre fidélité.



FTristeITristeNTriste 



Publié à 19:28, le 27/08/2011,
Mots clefs :
Commentaires (5) | Ajouter un commentaire | Lien

Le Charles W. Morgan est en cale sèche à Mystic


 

Vendredi 26 Août – 137Kms


Nuit particulièrement agréable dans notre charmant B&B malgré la lourdeur de l'atmosphère, atténuée par la climatisation. Petit déjeuner super copieux servi pat Kay et son Mari Ted.

Un couple adorable qui ont acquis cette maison il y a 25 ans avec le projet de B&B que gèrerait Kay; Ted en tant qu'ingénieur, allait souvent de par le monde est notamment en France pdt plusieurs années. Il travaillait pour une grosse entreprise qui installait des incinérateurs avec un procédé qui transforme les résidus en agrégats qui, mélangés ensuite au bitume ou aux matériaux de construction, permettent un recyclage total.

Ils nous apprennent qu'ils adorent le sud de la Toscane où ils vont chaque année une quinzaine de jours... Donc on parle du pays.

Nous les quittons vers 10H00 pour rejoindre le « Mystic Seaport », superbe et immense musée à ciel ouvert, qui retrace en grandeur réelle, tous les nombreux métiers qui participaient à la construction navale des schooners, des whaleships (baleiniers comme le Charles Morgan), des steamers, des bateaux de plaisance, des remorqueurs, des cargos....

Le temps de parvenir au Seaport et le temps s'est dégagé, la visite se fera sur un splendide « bluesky »... Qui l'eut crut??

Pendant 4 heures nous allons visiter ce magnifique musée sans voir le temps passer. Nous rentrons dans tous les ateliers et hangars qui reconstituent avec une précision « d'archéologue aussi pointilleux qu'un horloger suisse », la vie des anciens chantiers navals de Mystic, ville à l'époque prospère.

Nous apprenons ainsi comment le chanvre brut était d'abord filé avant d'être noué et tendu en cordage ou en cable; comment on « cuisait » les lattes de bois à l'eau bouillante et à la vapeur pour « attendrir et ramollir » le bois que l'on pouvait ensuite tordre et lui donner la forme des coques de bateaux; comment on cousait les voiles et dans quelle matière, comment on les reliait entre elles et on les pliait;comment on forgeait les pièces de métal aux forges de Mystic; comment on faisait les tonneaux à l'époque et comment les bateaux amenaient avec eux des lattes et des cerceaux (forgés dans l'atelier voisin) pour fabriquer les tonneaux de stockage à la demande; comment on fabriquait les mats et avec quels types d'essence de bois; comment surtout on les faisait tenir rectiligne; comment on fabriquait la quille, véritable colonne vertébrale du bateau, comment on reliait et fixait les monstrueuses poutres maîtresses; auxquelles se fixerait le squelette du futur bateau.



On apprend aussi comment on alourdit les cales avec des gros galets qd le bateau est à vide; (maintenant c'est plus simple, puisqu'on noie des compartiments situés vers le fond que l'on vide ensuite avec des pompes ou que l'on remplit – Le principe du ballast).

Une exposition passionnante nous permet d'aborder l'art du tatouage dans la marine. Nous apprenons qu'à partir de 1860, les tatouages servaient de fiche d'identification supplémentaire aux marins, leur permettant ainsi d'échapper aux enrôlements de force pratiqués allègrement par la marine anglaise (Et oui toujours les « Rosbeefs » qui font chier...).

Nous apprenons les techniques de pêche des huitres sauvages, dont le Connecticut est un grand producteur.

 

Nous visitons également de nombreux bateaux appartenant à l'association du Mystic Seaport, dont le Charles W. Morgan.

BB reprend (tout de même un petit espace d'expression dans ce blog....)

Ce baleinier de légende est considéré comme patrimoine du Pays, et Monument historique depuis 1968 (quand même...)

Construit en 1841 dans le Massachusetts , le Charles W. Morgan est le dernier des baleiniers en bois américains, et la pièce maitresse du MSPM.

 

La fondation a d'ailleurs entrepris une rénovation énorme de ce vaisseau, qui est actuellement et depuis 2008 hors de l'eau au milieu d'un vrai chantier naval « à l'ancienne » qui se visite également, ainsi qu'une exposition de ce travail de titan pour sauver ce navire, cout : 5 millions de dollars......

Capable de déployer 4000 m² de voilures, il comporte trois fours sur le pont central pour faire fondre la graisse de baleine (voir la photo).

 

D'incroyables clichés de la mise à l'eau des canots, le lancer manuel des harpons, puis le découpage du cétacé encore dans l'eau, le déroulé littéralement de sa couche de peau graisseuse... impressionnant ! Il fallait quand même avoir sacrément du courage à bord de ce navire!!!!

Mystic et le nom modernisé d'un terme indien Pequot "missi-tuk", signifiant : lieu ou les vagues viennent toucher la rivière.

Hube reprend – La pause n'aura pas duré longtemps!!!

Et il est vrai que Mystic est au bord d'un large estuaire dans lequel se jette la Mystic River. Il y a d'ailleurs plein d'estuaires et de rias pénétrant profondément dans les terres au Connecticut; l'occasion pour les américains de construire leur fameux ponts gigantesques qui enjambent d'une hauteur démente ces bras d'océan.

Donc les activités navales et le commerce maritime ont pu se développer à Mystic, créant, comme toujours des fortunes colossales attachées à des Familles célèbres. A Mystic on ne parle que de la famille Mallory.

 

Comme d'hab, l'ancêtre a déboulé d'Europe sans un sou vaillant en poche, comme d'hab il a fait tous les petits métiers du monde pour survivre, comme d'hab il a été plus malin que les autres, comme d'hab ses premiers dollars investis lui ont rapporté gros, comme d'hab il les a immédiatement réinvestis et comme d'hab il a construit de son vivant un empire, possédant plusieurs bateaux, faisant coter sa société en bourse....

Aujourd'hui la société familiale existe toujours, est toujours prospère et gagne toujours sa vie dans l'armement des portes conteneurs. AMERICAN DREAM!!!

Ensuite nous reprenons la route pour Farmington, en banlieue de Hartford; sur la route nous prenons une petite highway qui longe la Connecticut River, en nous perdant sur une route de traverse nous tombons devant l'entrée surveillée d'une grosse usine « Pratt et Whitney » (Ceux qui avec SNECMA et Rolls Royce fabriquent tous les réacteurs des avions), ensuite par hasard nous passons devant le siège Mondial de Carrier, puis celui des outils « Stanley »...

Nous comprenons mieux la succession ininterrompue de magnifiques villas et cottages le long de la route. Ainsi que les villages proprets et prospères que nous traversons; ambiance très différente de l'ouest, ici il y a de l'oseille et ça travaille!!! État plus qu'intéressant ce Connecticut, agréable à visiter et à traverser, très arboré, et où les gens ont un comportement normal d'américains. Me plait beaucoup ce coin, nous nous y sentons bien. Sinon quel monde, quelle circulation, quelle urbanisation... La Cote Est ce n'est pas les grands espaces solitaires du « Farwest »!!!

On s'en doutait un peu, et on n'est pas déçu...

 

Traversée jusqu'à notre hôtel « Centennial Inn », complexe de plusieurs bâtiments avec des grandes suites équipées d'une cuisine. Ce soir « Roosties ».................

Je conclurai (enfin vont soupirer certains), par vous informer que le magnifique ciel bleu qui nous a accompagné toute la journée, devraitt rapidement tourner au « big Hurricane »- Et oui l'ouragan Irène est attendu samedi et dimanche sur la cote Est et les gars ici ne prennent pas la nouvelle à la légère. La première victime de Irène aura été la famille OBAMA, qui a du écourter ses vacances à Martha's Vineyard....

Demain matin nous prendrons la route de Albany pour installer Aurélien et rencontrer la responsable des admissions de Sienna College. Puis dernières courses pour le grand garçon dans les centres commerciaux du coin, draps, serviettes....

Et Lundi nous rentrerons tous les deux sur Boston pour prendre l'avion de retour.... J'aime pas ces journées « compte à rebours »....

Bises à tous et à demain pour vraisemblablement l'un de nos derniers articles. 



Publié à 19:34, le 26/08/2011,
Mots clefs :
Commentaires (5) | Ajouter un commentaire | Lien

Incursion dans le CONNECTICUT

Jeudi 25 Août – 238Kms – Depuis le départ = 6.100 Kilomètres


Une super soirée et une non moins super nuit dans notre « Vineyard harbor motel », où nous nous sentons comme chez Nous; un des meilleurs plans du voyage = 140$ la nuit c'est vous dire.

Les enfants nous ont quittés pour s'offrir un restau en amoureux et ont tâté du « lobster » grillé à la « gargotte » du coin; Aurélien a choisi une bouteille d'Albarino cuvée Rias baixas (il est bien ce petit, il a surtout bien retenu les leçons de dégustations de Papa et Maman...) Je n'apprendrai rien à mon grand ami Patrick D. sur le choix éclairé du Fiston, sachez que le cépage Albarino est élevé dans les vallons de la Gallice, doucement humidifié par les embruns de l'Atlantique portés par les alizés de la Costa Da Morte et que le Rias baixas est un cru par rapport à l'appellation.

Pour nous deux le dîner classique = salade de légumes + avocats, cheddar mild et baguette fraiche achetée à prix d'or au « Stop & shop » du coin, et glace Haggendass pour le dessert. Ah nous nous laissons pas dépérir!!!

 

Lever plus tôt que de coutume pour ranger nos affaires (jje peux vous affirmer que nous sommes chargés; faire tout tenir dans le coffre révèle un talent de déménageur aguerri!!), et surtout prendre le ferry pour rejoindre le continent. Traversée agréable comme à l'aller; arrivée sur Cape cod, vite en sortir, pour rejoindre une route côtière et ensuite une petite interstate qui nous conduiront à Newport, état de Rhodes Island.

 

Hélas, à peine arrivés sur le continent, nous retrouvons le temps lourd et moite, insupportable que nous avions laissé à Boston. En plus le temps se couvre méchamment et, comme de bien entendu, nous n'allons pas vers le beau temps!!!.

A Newport il fait carrément brumeux, sans contrastes ni perspectives, lourd, humide... Un temps de M..... quoi!!!

Et c'est bien dommage car les bords de mers engazonnés jusqu'aux plages, les criques abritant des coquettes marinas, les rias qui s'enfoncent à l'intérieur des quartiers d'habitations, les falaises à pic qui se jettent sur des brisants, les quartiers « chicos » avec vue imprenable sur l'océan, les ports naturels où sont amarrés des yachts somptueux, les anciens docks et les anciennes darses joliment réhabilités en boutiques et restaurants, l'ambiance bords de mer sans chichis des villes maritimes, dont les habitants vivent de et pour la mer depuis des lustres (pas comme à Capecod où on se situe dans la plaisance de parvenus et où on allume plus souvent le moteur que l'on targue les voiles),.... et bien tout ça hélas nous ne le verrons pas car noyé sous un ciel plombé qui interdit tout cliché..

 

Je suis abattu, mais vraiment... La Côte Est ne nous aura rien épargné. La journée où enfin nous prenions du plaisir, en fredonnant la chanson du Gars de chez nous (Serge LAMA) « j'aime les ports de l'Atlantique.... »

Nous nous rabattons sur « Bellevue Avenue », pour parcourir le « Cliff Trail », chemin sur la falaise style chemin des contrebandiers chez nous, afin d'admirer un concentré des plus belles demeures des USA, que des milliardaires firent ériger dès le 19ème siècle.

Il s'agit de magnifiques et luxueux châteaux et Manoirs que les « gros friqués » Newyorkais s'offrirent pour y passer l'été, construits au milieu de parcs aux arbres centenaires, dans lesquels tiendraient pas mal de villages de chez nous....Une des plus célèbre demeure fut construite par la célèbre famille « Vanderbilt », qui avait fait fortune dans les chemins de fer. (Qd on voit l'état du réseau ferré américain aujourd'hui, j'espère que depuis ladite famille a orienté ailleurs ses investissements...) La demeure de 70 pièces est un véritable palais du style renaissance italienne. Une autre, toute en pierres de taille, ressemble à un véritable manoir écossais. Une autre « the Elms », datant de 1898, est une copie du château d'Asnières en banlieue parisienne....

Evidemment, je précise qu'entretemps les fortunes de la fin du 19ème se sont pas mal dissoutes, d'abord dans la grande dépression des années 30, et surtout dans le gaspillage des héritiers imprévoyants qui dilapidèrent des fortunes colossales. Aujourd'hui, il reste encore QQ somptueuses demeures privées, mais l'essentiel sert de bâtiments publics (Université de Newport, association du conservatoire, musées...), ainsi que de bâtiments commerciaux, sièges sociaux de prestige...

Ballade intéressante malgré le mauvais temps. On touche de prés à la véritable Fortune financière, celle qui reste inconcevable dans sa dimension pour nous, très loin de ces parvenus et ploucs du Massachusetts.

Petit lunch rapide sur une plage au sable gris, aux eaux sombres et battue par le vent violent et lourd d'humidité; nous quittons NEWPORT après une visite des anciens docks, et prenons le fameux « newport bridge » immense pont de 3 miles qui enjambe un bras d'océan utilisé par les plus gros cargos et portes- conteneurs et pénétrons par l'I95 dans le CONNECTICUT

 

Oui, vous l'avez compris l'état de Rhodes Island (The Ocean State) est le plus petit des états américains – 4.000Km² dont 41% sont recouverts par la flotte!! Qd même plus grand que le Luxembourg (2.500Km²...).

Dans le CONNECTICUT nous faisons halte pour une nuit à Mystic, petite bourgade de part et d'autre de l'I95, connue surtout pour son fameux musée maritime à ciel ouvert « le Mystic Seaport Museum ».

Nous sommes très gentiment accueillis par Kay, la propriétaire du « Brigadoon bed & breakfast ». Nous y avons loué 2 chambres indépendantes et de ce fait occupons toute une aile de la « mémorable » bâtisse; construite en 1740 pour le corps du bâtiment où nous nous trouvons justement, le reste a plus d'un siècle. Nous nous y sentons immédiatement à notre aise, Kay faisant tout pour : nous offre biscuits faits maisons et boissons d'accueil, nous met une cuisine à dispo, un frigidaire rempli à ras bord de boissons pour les guests, un jardin aménagé pour l'apéro, un congel pour nos « ice-packs »... Bref tout va bien dans le CONNECTICUT, nous retrouvons l'Amérique que nous connaissons; comme dans le super marché de Mystic où l'employé à qui nous demandions un renseignement, après nous l'avoir donné a commencé à nous raconter sa journée... Ca dans le Massachusetts, ça n'arrive jamais!!!!

voilà demain si le temps le permet, nous vous mettrons une photo du B&B vous verrez c'est « mimiche » tout plein.


Bises à tous et bonne nuit les petits

Béatrice, Norine, Aurélien et.......Hubert... ...(oui des fois que vous oubliâtes mon Blaze!!)



Publié à 19:29, le 26/08/2011, Newport
Mots clefs :
Commentaires (2) | Ajouter un commentaire | Lien

Baignade dans l'Atlantique Nord

Mercredi 24 Août – 75kms



Oui le titre est un peu « pompeux » au regard de la réalité, nous nous sommes effectivement baignés à Martha's Vineyard mais j'y reviendrai.

 

Grasse mat' jusqu'à 8H45, 10H00 pour l'Aurel, puis p'tit dej à la BB, concocté avec amour dans notre cuisine; nous quittons le « Vineyard Harbor motel » vers 11H00.

Très vite nous arrivons dans un charmant petit village : OAK BLUFFS à l'Est de Vineyard Haven (notre village situé au nord de l'ïle). Village connu pour ses 300 « gingerbread cottages », adorables petites maisons peintes de couleurs vives, ornées de frises ajourées, de pignons tarabiscotés et de QQ flèches gothiques. Superbe on dirait des pâtisseries, offertes à notre gourmandise.

 

Nous prenons le temps d'une promenade au cœur des « gingerbread ». Superbe, chaque maison avec sa propre décoration et ses harmonies de couleurs, ouvertes aux regards des visiteurs, comme un musée à ciel ouvert, comme une fierté de posséder et d'entretenir de tels petits écrins. Sur la plupart des vérandas, trônent des fauteuils à bascule avec des coussins ouvragés s'accordant aux couleurs du cottage; les gens ont confiance car il suffirait de tendre la main pour se servir; une autre façon de montrer sa fierté amicale devant votre admiration et de vous en remercier.

 

Beaucoup de propriétaires que nous croisons peignent et repeignent inlassablement leur cottage. Ici, pour faire fortune vous l'avez compris, il vaut mieux vendre de la peinture, du bardage et des tuiles en bois que des colifichets à 4 sous!!!

A l'origine, un groupe de « Méthodistes » immigra au début et milieu du 19ème siècle et construisirent ce « campground » autour d'une grande halle ouverte, avec vitraux, poutrelles métalliques et chaire au centre, appelée « le Tabernacle ». En fait, une grande église ouverte aux quatre vents, centre religieux de la congrégation, où sévissent depuis bientôt 2 siècles quelques « prédicateurs et charlatans de la foi ».

Ces magnifiques cottages au décor « d'Alice au pays des merveilles » ou du « Magicien d'Oz » ont bientôt deux cent ans pour certains et semblent neufs. Cela donne encore plus de plaisir et de sérénité à baguenauder dans cette confiserie géante....

Le « gingerbread cottages » s'est construit autour du Tabernacle dans un festival de couleurs, de fleurs et de décorations exubérantes.

Aprés cette visite amusante et originale, direction l'Ouest de l'ile pour nous baigner; nous traversons Edgartown, puis prenons plein Ouest.

Des plages sont indiquées sur la carte : long point beach, south beach, norton point beach; hélas aucune indication pour les trouver et tous les chemins que nous croisons sont privés. Sont franchement très C... dans ce pays... Avant Aquinnah (extrême ouest) nous longeons une longue plage, elle aussi impossible d'accés car tout est privé. Finalement nous tombons là où on voulait nous amener : un parking payant (10$) à 500 mètres de la plage alors que nous l'avons longée à 50 mètres pdt 2kms. Très c... je vous dis........

 

Qu'à cela ne tienne, nous y allons d'un pas décidé, trouvons rapidement une place pour nos serviettes (on ne peut pas dire que ça soit « full », bien au contraire. Normal les gens qui savent à quoi s'attendre vont ailleurs!!!)

L'atlantique est un peu froid, mais nous nous y faisons très vite. L'océan, pas mal remué, est trouble et charrie pas mal d'algues et de végétations sous marines. Cela ne gache pas notre baignade en famille, même si les « grosses vagues » paraissent ridicules comparé à celles du Cap Vert. Le sable est grisâtre, parsemé de cailloux, rien à voir avec Copacabana ou Biarritz, les paysages sont assez mornes rien à voir avec ceux de la Gallice ou de Ténérife...

 

J'exagère mais bon c'est bien parce que nous voulions nous baigner. Z'ont vraiment pas grand chose à offrir dans cet état du Massachusetts. D'ailleurs, il y a finalement peu de touristes comparé aux résidents. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder la provenance des plaques d'immatriculation.

Après la baignade, nous décidons d'avaler un petit en cas préparé par Notre Maman à tous : sandwich tranche de « breast of turkey » (du blanc de dinde quoi..), cheddar, accompagné d'une bonne « Coors » glacée... Divin. C'est à ce moment qu'un gars s'approche de nous pour nous informer que boire de la bière est interdit sur cette plage «non- alcoolique » …. oui vous avez bien lu!!!

BB lui a gentiment mais fermement répondu qu'on était d'accord mais qu'on finissait nos canettes d'abord. Bon le gars n'a pas insisté et il est parti. Et l'état du Massachusetts, se gargarise à tout va d'être le point de départ de l'Amérique et de ses libertés...

Amis voyageurs qui lirez peut-être ce blog, hormis Boston, éventuellement, si vous n'avez rien de mieux à faire, évitez le Massachusetts... Il y a tant et tant d'autres endroits et états merveilleux pour vos vacances aux States.

Retour par Menemsha et West Tisbury sur une route qui aurait pu être intéressante si seulement il y avait QQ « overlook » où garer la voiture.. Impossible de s'arrêter quand on aperçoit un superbe point de vue, il n' y a même pas de bas cotés. Et pourttant ce n'est pas la place qui manque – Très, très C... je vous dis...

 

En tout cas l'ile de Martha 's Vineyard est bien plus agréable que cette daube de Capecod, on s'y sent mieux, il y a globalement plus d'espace et plus de perspectives, et nous sommes moins enfermés sous la végétation.

J'aurais préféré vous annoncer que nous avions découvert le paradis sur terre, mais non, pas au Massachusetts!!!

voilà demain nous reprenons le ferry à 9H30, direction Rhodes Island et Mystic dans le Connecticut.

Bises à tous et merci pour vos commentaires qui nous vont droit au cœur, continuez, ne vous en privez pas..... 



Publié à 19:08, le 24/08/2011,
Mots clefs :
Commentaires (2) | Ajouter un commentaire | Lien

Interminable route entre Cape-Cod et Martha's Vineyard!!!

Mardi 23 Août – 145Kms



Excellente nuit au « Wishing Well » (Le puits où on fait des vœux – Sans doute un gars originaire de Salem...), le patron nous avait conseillé la gargotte voisine pour « the best breakfast  in Cape-Cod », mais il n'est que 8H30 au moment du départ, aucun de nous 4 n'a vraiment faim, nous remettons le p'ti dej à plus tard.

 

Plus tard ce sera vers 10H00, aprés avoir roulé à peine 40Kms sur ces sempiternelles petites routes « scéniques » de Cape-Cod; un trafic incroyablement dense, vitesse plus que limitée, tout ça pour encore une fois ne rien voir, à part des maisons et encore des maisons « enfoncées » sous les arbres, sans aucune vue ni perspective. Rien ne les différencie entre elles, car pour la plupart elles sont toutes construites en bois, les murs (en bois) recouverts de tuiles de bois de couleur grise, plus ou moins délavé par les intempéries.

De temps en temps un « original » (ça existe!!) peint sa maison en jaune pisseux (jaune très clair),..AH j'oubliais, toutes ces maisons par milliers se trouvent toutes sur le bord des routes et les proprios voient chaque jours des milliers de véhicules passer devant leurs fenêtres....Pour l'instant je n'investirai pas un centime dans les endroits « chicos » du Massachusetts, et ce dont nous sommes certains c'est qu'il faudra une sacré bonne raison pour nous y faire revenir!!!

 

Franchement quelle déception ce coin, nous qui pensions voir la mer, et parcourir une zone semi-sauvage avec points de vues et tout et tout.... Rien qu'un profond ennui à rouler au pas sur ces routes débiles qui longent interminablement des maisons.

L'établissement que nous choisissons pour le breakfast est la aussi d'un quelconque affligeant, ce n'est pas mauvais comme le restau de la veille à Plymouth, à peine suffisant; autre différence entre le Massachusetts et les Etats de l'Ouest = l'accueil des commerçants et le sourire des gens; ici on a l'impression qu'ils ont tous un balai dans le c... qui a du mal à passer. En fait, hormis avec QQ touristes américains, nous n'avons aucun contact avec les gens, dont le comportement réservé voire « coincé » n'incite pas à taper le bout de gras...

Les touristes américains avec qui nous discutons semblent partager globalement notre avis.. Encore un mauvais point de plus pour le Massachusetts. Comme le souligne très justement Eric, il nous reste à fredonner le tube des BEE-GEES.

Autre exemple du mal de vivre et du non-accueil de ce bled : ce matin nous avions trouvé une « beach » en suivant un tout petit panneau; l'entrée du parking était payante car cahute habituelle et Nana d'une soixantaine d'années à l'intérieur. Nous avons eu beau lui expliquer que nous restions 5 minutes, le temps de faire QQ photos, peine perdue aprés 9H00 et il était 9H03, il faut payer pour une journée complète... « It's the RULE » qu'elle s'est défendue la vieille pétasse (une retraitée d'Alerte à Malibu, surement...). Croyez moi ça c'est la phrase magique pour tout justifier même d'une incommensurable connerie!!!

Comme chez nous qd on répond c'est le règlement ou c'est pas moi qui fait les lois!!!

L'objectif du matin était d'aller vers la pointe de l'île protégée de l'urbanisation grâce à un Parc National et qui recèle avons nous lu, de « plus belles plages du monde » et de phares magnifiques....

Je vous invite à admirer sur la photo une des « plus belles plages du Massachusetts, sinon du Monde..... »

 

Ce qui change par contre c'est la qualité du service, ici nous nous retrouvons dans un par national avec rangers et non dans un truc à la mord moi le n.... géré par le Massachusetts!!!

Notre pass a encore servi, heureusement sinon c'était 18$ l'entrée; comme ce sont les seules plages accessibles de l'île il y a un monde fou sur les parkings. Quand aux « sémaphores » ils ne méritaient pas un cliché. Je me suis tellement ennuyé que j'ai photographié des …......mouettes; stupides et criardes bestioles!!

2 heures à bouquiner sur la plage, puis nous reprenons l'interminable route qui doit nous refaire traverser l'île vers Falmouth : l'embarcadère du ferry que nous avons réservé pour Martha's Vineyard..

 

Nos résas étaient bien enregistrées, nous garons notre « GMC Acadia » dans le ferry et aprés 40 minutes d'une traversée sympathique, nous posons nos roues sur Martha's vineyard.

Notre hôtel le « Vineyard harbor motel », comme son nom le suggère, se trouve tout prés du débarcadère. Nous héritons d'une grande suite avec chambre indépendante et, cerise sur le gâteau, une petite cuisine équipée. C'est pas beau la vie??? Vue imprenable de la chambre, vous remarquerez nos nouveaux voisins chez qui nous sommes invités pour l'apéritif et plus si affinités...

 

Nous apprenons que Martha's Vineyard est l'île où on ne vend pas d'alcool. Je comprends mieux la succession insolite de « liquor store » à Falmouth!!! Sauf que sur l'île, à 10 minutes à peine de l'hôtel, un village d'irréductibles bons vivants continue à vendre de l'alcool...

Nous apprenons aussi que la Famille OBAMA est actuellement en vacances sur l'île, tout prêt de chez Nous... Nous nous renseignons bien sur l'endroit où crèche « l'Homme le plus puissant du monde » pour l'éviter en toutes circonstances, anticipant aisément le déploiement de flics et agents secrets qu'il doit y avoir.

Voilà, une soirée agréable à « picoler » sur le deck en hauteur de l'hôtel, en compagnie d'un couple résidant à Albany et connaissant parfaitement Sienna College. Le monde est petit.

Le temps depuis 2 jours est enfin agréable, ciel bleu et vent frais qui a chassé la moiteur et la lourdeur des premiers jours.

 

Nous espérons que Martha's Vineyard sonnera le retour aux ébahissements et admirations dont nous vous avions « copieusement abreuvés » dans l'Ouest; pour ce que j'en ai vu c'est pas gagné.

Bientôt nous quitterons le Massachusetts, pour Rhodes Island et le Connecticut.....Peut-être que la bas......

Bises à tous 



Publié à 19:20, le 23/08/2011,
Mots clefs :
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien
<- Page précédente